Podcasts sur l'histoire

Le travail des enfants

Le travail des enfants


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Chronologie de l'évolution du travail des enfants aux États-Unis

1832 – La New England Association of Farmers, Mechanics and Other Workingmen condamne officiellement le travail des enfants.

1836 – Le Massachusetts crée la première loi d'État sur le travail des enfants exigeant que les enfants d'usine de moins de 15 ans aillent à l'école au moins 3 mois par an.

1836 - Les premiers syndicats à la Convention nationale des syndicats proposent d'exiger des lois sur l'âge minimum pour le travail en usine.

1842 – Le Massachusetts limite les enfants à travailler 10 heures par jour. De nombreux États font de même mais ne sont pas cohérents dans l'application de leurs lois.

1876 ​​– Le Working Men’s Party propose d'interdire le travail des enfants de moins de 14 ans.

1881 – La Fédération américaine du travail, lors de sa première convention nationale, appelle les États à promulguer une législation interdisant aux enfants de moins de 14 ans le travail salarié.

1883 - Le mouvement ouvrier de New York, sous la direction de Samuel Gompers, tente de mettre fin au travail des enfants dans l'industrie du cigare en parrainant avec succès une législation qui interdit la production dans les immeubles, où de nombreux jeunes enfants travaillent dans le commerce.

1889 – Florence Kelley publie « Our Toiling Children », qui décrit la situation du travail des enfants et exhorte les consommateurs à user de leur influence pour améliorer les conditions de travail.

1892 - Le Parti démocrate adopte une planche dans sa plate-forme, qui recommande d'interdire l'emploi en usine pour les enfants de moins de 15 ans.

1899 – La National Consumers’ League sous la houlette de Florence Kelley lance sa campagne « white label » dans l’industrie du vêtement féminin. La marque blanche certifiait que les marchandises étaient produites selon des normes minimales de travail équitable et sans travail des enfants.

1901 – Jane Addams fonde la Juvenile Protective Association pour lutter contre le racisme, le travail des enfants, l'exploitation, la maltraitance des enfants et la prostitution des enfants à Chicago et leurs effets sur le développement de l'enfant. [N1]

1903 – Mother Jones organise des enfants qui travaillent dans la « croisade des enfants », une marche de Pennsylvanie vers la maison du président Theodore Roosevelt à New York avec des banderoles exigeant « nous voulons du temps pour jouer » et « nous voulons d'aller à l'école. Bien que le président refuse de rencontrer les manifestants, l'incident met la question du travail des enfants au premier plan de l'agenda public.

1904 – Le Comité national du travail des enfants est formé dans le but d'abolir tout travail des enfants.

1908 – Dans le cas de Muller c. Oregon la Cour suprême des États-Unis confirme le droit des États de limiter le nombre d'heures que les femmes peuvent travailler dans certaines industries. Louis Brandeis plaide la cause au nom de la Ligue nationale des consommateurs, et cela crée un précédent juridique par lequel des lois sur le travail des enfants pourraient être instituées.

1912 – Le Bureau des enfants des États-Unis est fondé avec Julia Lathrop comme premier chef. L'organisation est prête à surveiller la situation des enfants à la maison et au travail.

1916 – Le Congrès adopte la loi Keating-Owen, qui interdit la vente interétatique de tout article produit avec le travail des enfants (usine, conserverie et mine) et réglemente le nombre d'heures qu'un enfant peut travailler. La loi a été déclarée inconstitutionnelle par la Cour suprême deux ans plus tard.

1924 – Le Congrès adopte un amendement constitutionnel interdisant le travail des enfants et envoie l'amendement pour ratification par les législatures des États. Pas assez d'États ratifient l'amendement sur le travail des enfants pour qu'il devienne loi.

1936 – La loi Walsh-Healey établit des normes de sécurité, un salaire minimum, des heures supplémentaires et des dispositions relatives au travail des enfants sur tous les contrats fédéraux.

1938 – Le président Franklin D. Roosevelt signe le Fair Labor Standards Act, qui prévoit notamment l'imposition de limites à de nombreuses formes de travail des enfants.

1949 – Un amendement à la Fair Labor Standards Act interdit directement le travail des enfants pour la première fois.[N2]

1976 – La Convention 138 de l'Organisation internationale du travail devient loi internationale. Connue sous le nom de « Convention sur l'âge minimum », elle vise à abolir le travail des enfants parmi les enfants d'âge scolaire.

1989 – À l'issue d'un forum du Congrès réussi sur le travail des enfants, la National Consumers League et l'International Labour Rights Fund créent la Child Labour Coalition, une organisation membre basée aux États-Unis pour travailler sur les problèmes nationaux et internationaux du travail des enfants.

1992 – Le sénateur Tom Harkin propose pour la première fois la loi sur la dissuasion du travail des enfants, qui interdirait l'importation de produits fabriqués avec le travail des enfants. Il réintroduit la législation en 1993, 1995, 1997 et 1999.

1994 – Kailash Satyarthi fonde Rugmark, une organisation cherchant à mettre fin à l'exploitation des enfants dans l'industrie du tapis en renforçant l'offre et la demande de produits sans travail des enfants. Un an plus tard, les premiers tapis certifiés sans travail des enfants sont exportés d'Inde.

1995 – Iqbal Masih, un ancien enfant esclave dans l'industrie du tapis au Pakistan, est assassiné pour son plaidoyer international en faveur des droits de l'enfant à l'âge de 13 ans. Son courage et sa détermination continuent d'inspirer les enfants, les militants et les responsables.

1997 – L'Associated Press publie une série intitulée « Children for Hire » sur l'exploitation continue des enfants travaillant dans l'agriculture américaine.

2000 – Human Rights Watch publie un rapport décrivant l'exploitation des enfants dans l'agriculture américaine intitulé « Fingers to the Bone : United States Failure to Protect Child Farmworkers ». Un rapport de suivi en 2010 révèle que ces conditions existent toujours.

2000 – La Convention 182 de l'Organisation internationale du travail devient loi internationale. Cette convention définit et condamne les pires formes de travail des enfants, qui comprennent l'esclavage, le recrutement forcé pour les conflits armés, la prostitution, la traite et tout autre « travail qui, par sa nature… est susceptible de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité des enfants. "

2001 - La loi sur l'emploi responsable des enfants (CARE) est présentée par le sénateur Tom Harkin au Sénat et la représentante Lucille Roybal-Allard à la Chambre. Ce projet de loi modifierait la Fair Labor Standards Act de 1938 pour augmenter les sanctions en cas de violation des lois sur le travail des enfants et abroger certaines exemptions des interdictions de travail des enfants pour l'emploi agricole.

2002 – Les États-Unis ratifient le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants et le Protocole facultatif concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés, promulgués par l'ONU en 2000. La Convention relative aux droits de l'enfant n'a toujours pas été ratifiée par les États-Unis.

2012 – Sous la forte pression du lobby de l'agriculture, la Maison Blanche force le département américain du Travail à retirer les règles proposées pour protéger les enfants travaillant pour un salaire dans l'agriculture américaine contre les dangers connus. Dans une abdication complète, l'administration Obama annonce qu'elle ne réexaminera pas ces règles pendant son mandat. Ces arrêtés sur les métiers dangereux pour l'agriculture n'ont pas été mis à jour depuis plus de 40 ans.

2013 – L'Organisation internationale du Travail publie des estimations quadriennales qui révèlent une baisse de 47 millions d'enfants travailleurs au cours des quatre dernières années à l'échelle internationale, laissant 168 millions de jeunes toujours astreints au travail des enfants et 85 millions piégés dans des travaux dangereux.


Conditions de travail

Le travail des enfants existait bien avant la révolution industrielle, mais avec l'augmentation de la population et de l'éducation, il est devenu plus visible. De plus, contrairement à l'agriculture et aux industries artisanales où les enfants contribuaient souvent à l'exploitation familiale, les enfants dans l'emploi industriel étaient des travailleurs indépendants sans mécanismes de protection en place. De nombreux enfants ont été contraints de travailler dans de très mauvaises conditions pour un salaire bien inférieur à celui de leurs aînés, généralement de 10 à 20 % du salaire d'un homme adulte. Des enfants aussi jeunes que quatre ans étaient employés. Les coups et les longues heures étaient courants, certains enfants mineurs de charbon et presseurs travaillant de 4 heures à 17 heures. Les conditions étaient dangereuses, certains enfants étant tués lorsqu'ils s'assoupissaient et tombaient sur le chemin des chariots, tandis que d'autres mouraient d'explosions de gaz. De nombreux enfants ont développé un cancer du poumon et d'autres maladies. La mort avant l'âge de 25 ans était courante chez les enfants travailleurs.

Les enfants travailleurs qui s'étaient enfuis étaient fouettés et rendus à leurs maîtres, certains maîtres les enchaînés pour empêcher leur fuite. Les enfants employés comme charognards à mules par les filatures de coton rampaient sous les machines pour ramasser le coton, travaillant 14 heures par jour, six jours par semaine. Certains ont perdu des mains ou des membres, d'autres ont été écrasés sous les machines et certains ont été décapités. Les jeunes filles travaillaient dans des usines d'allumettes, où les vapeurs de phosphore provoquaient le développement de la mâchoire phossy, une condition extrêmement douloureuse qui défigurait le patient et finissait par causer des lésions cérébrales, avec un tissu osseux mourant accompagné d'une décharge nauséabonde. Les enfants employés dans les verreries étaient régulièrement brûlés et aveuglés, et ceux qui travaillaient dans les poteries étaient vulnérables à la poussière d'argile toxique.

Les maisons de travail vendaient des orphelins et des enfants abandonnés comme « apprentis pauvres », travaillant sans salaire pour la nourriture et le logement. En 1800, 20 000 apprentis travaillaient dans les filatures de coton. Les apprentis étaient particulièrement vulnérables aux mauvais traitements, aux accidents du travail et aux problèmes de santé dus au surmenage et aux maladies contagieuses telles que la variole, la typhoïde et le typhus. Les conditions fermées (pour réduire la fréquence des ruptures de fil, les filatures étaient généralement très chaudes et aussi exemptes de courants d'air que possible) et les contacts étroits au sein des filatures et des usines ont permis à des maladies contagieuses telles que le typhus et la variole de se propager rapidement, en particulier parce que l'assainissement dans les filatures et les colonies autour d'eux étaient souvent pauvres. Vers 1780, une filature de coton fonctionnant à l'eau fut construite pour Robert Peel sur la rivière Irwell près de Radcliffe. L'usine employait des enfants achetés dans des ateliers de Birmingham et de Londres. Ils étaient des apprentis non rémunérés et liés jusqu'à l'âge de 21 ans, ce qui en fait en pratique un travail d'esclave. Ils ont embarqué à un étage supérieur du bâtiment et ont été enfermés à l'intérieur. Les quarts de travail duraient généralement de 10 à 10,5 heures (c'est-à-dire 12 heures après avoir autorisé les pauses repas) et les apprentis étaient en couchette chaude, ce qui signifie qu'un enfant qui venait de terminer son quart de travail dormait dans un lit qu'un enfant venait de quitter. commençant son quart de travail.

Enfants au travail dans une filature de coton (Mule spinning, Angleterre 1835). Illustrations d'Edward Baines, L'histoire de la fabrication du coton en Grande-Bretagne, H. Fisher, R. Fisher et P. Jackson, 1835.

Des enfants aussi jeunes que 4 ans ont été mis au travail. Dans les mines de charbon, les enfants commençaient à travailler à l'âge de 5 ans et mouraient généralement avant l'âge de 25 ans. De nombreux enfants (et adultes) travaillaient 16 heures par jour.


Qu'est-ce que le travail des enfants

Tous les travaux effectués par des enfants ne doivent pas être classés comme du travail des enfants qui doit être ciblé pour être éliminé. La participation d'enfants ou d'adolescents à un travail qui n'affecte pas leur santé et leur développement personnel ou qui n'interfère pas avec leur scolarité est généralement considérée comme quelque chose de positif. Cela comprend des activités telles qu'aider leurs parents à la maison, aider dans une entreprise familiale ou gagner de l'argent de poche en dehors des heures de classe et pendant les vacances scolaires. Ces types d'activités contribuent au développement des enfants et au bien-être de leurs familles, ils leur fournissent des compétences et de l'expérience, et les aident à se préparer à être des membres productifs de la société au cours de leur vie adulte.

  • est mentalement, physiquement, socialement ou moralement dangereux et nocif pour les enfants et/ou
  • interfère avec leur scolarité en : les privant de la possibilité de fréquenter l'école les obligeant à quitter l'école prématurément ou les obligeant à tenter de combiner la fréquentation scolaire avec un travail trop long et pénible.

Les pires formes de travail des enfants

Les pires formes de travail des enfants implique que des enfants soient réduits en esclavage, séparés de leurs familles, exposés à de graves risques et maladies et/ou livrés à eux-mêmes dans les rues des grandes villes et souvent à un très jeune âge.


Une brève histoire du travail des enfants en Amérique

Pendant de nombreuses années, le travail des enfants a été considéré comme nécessaire et utile non seulement pour les entreprises mais aussi pour les familles qui avaient désespérément besoin de revenus supplémentaires.

Depuis l'époque coloniale, les enfants aux États-Unis n'avaient aucune protection contre des conditions de travail difficiles et une compensation pitoyable. Les enfants de familles pauvres d'Europe ont été envoyés dans le Nouveau Monde en tant que serviteurs sous contrat. En vertu d'un contrat, ils étaient tenus de servir leur capitaine embauché pendant un nombre déterminé d'années pour payer le passage, la chambre et la pension. Même ceux qui sont venus sans de telles obligations ont dû travailler dans des usines, des mines, des usines et d'autres environnements difficiles pour gagner leur vie ou aider à soutenir leurs familles. Jusqu'en 1900, un enfant sur six âgé de 10 à 15 ans travaillait à l'extérieur de la maison.

Le Massachusetts est le premier à adopter une loi sur le travail des enfants

Dès les premiers jours des États-Unis, des efforts ont été faits pour réduire le travail des enfants. En 1836, le Massachusetts est devenu le premier à adopter une loi interdisant aux enfants de moins de quinze ans de travailler dans les usines. Cette loi obligeait également les enfants à fréquenter l'école au moins trois heures par jour. Six ans plus tard, le Massachusetts a de nouveau ouvert la voie en limitant les heures de travail des enfants à dix heures par jour. Quelques autres États ont suivi, mais ces lois étaient rarement appliquées.

Plusieurs groupes politiques et syndicaux ont fait du bruit au cours des années suivantes en s'opposant à diverses conditions de travail pour les enfants, mais peu de changements ont été apportés. En 1916, une tentative d'arrêter le commerce interétatique et international impliquant le travail des enfants (bien que seulement dans les 30 jours précédant immédiatement l'expédition de ces marchandises) a été adoptée, puis déclarée inconstitutionnelle, puis adoptée à nouveau en 1918 et à nouveau jugée inconstitutionnelle. Il semblait qu'il y avait peu de cœur pour s'immiscer dans des affaires rentables.

Le Congrès a tenté en 1924 de donner au gouvernement fédéral le pouvoir de réglementer le travail des enfants plutôt que de le faire relever de la juridiction de chaque État. Il y avait trop peu d'États soutenant une telle idée et elle n'a jamais été adoptée.

Grande dépression Utilisation accrue du travail des enfants

Le début de la Grande Dépression n'a fait qu'aggraver ces conditions. Les enfants étaient considérés comme une main-d'œuvre bon marché, exploitable et peu réglementée. Les entreprises se sont battues pour leur droit, l'appelant « le droit d'un enfant au travail » plutôt que de payer un adulte deux ou trois fois plus pour le même travail.

Selon un article du magazine Survey Graphic, publié en 1937, des garçons de 10 à 14 ans (et quelques filles) dans les États du sud travaillaient comme « déchiqueteuses » – ceux qui cicatrisaient les arbres et mettaient des casseroles pour attraper la gomme pour la térébenthine – et « louches » – ceux qui ramassaient la gomme – pour un peu plus de huit cents de l'heure. Les enfants du même âge travaillaient souvent dans des usines comme aides-machines ou opérateurs pour moins de 75 cents par jour.

Les « Breaker Boys » ont travaillé dans des mines de charbon, tirant des roches du charbon traité, puis triant des morceaux de charbon en différentes tailles pour la vente commerciale. Du petit matin jusqu'à la nuit tombée, ces enfants travaillaient dans des tunnels, respiraient des nuages ​​de poussière de charbon et voyaient peu de lumière du jour. Ceux qui ne sont pas décédés d'un cancer du poumon ou du poumon noir ont dû faire face à une vie de maladies respiratoires chroniques et autres, ainsi qu'à une espérance de vie généralement plus courte.

Loi nationale sur la reprise industrielle de 1933

En 1933, le Congrès a adopté la National Industrial Recovery Act dans le cadre du New Deal du président Franklin Roosevelt. Pour l'instant, trois changements importants ont été apportés pour améliorer les conditions des enfants et alléger le terrible fardeau supporté par les adultes pris dans la Grande Dépression. Premièrement, le travail des enfants était interdit dans la plupart des industries, à part l'agriculture et le travail domestique. Des milliers de postes occupés par des enfants sont désormais ouverts aux adultes au chômage. Deuxièmement, un nombre maximum d'heures a été fixé pour une semaine de travail standard. Les employeurs qui avaient pu utiliser un seul travailleur pendant 60 à 80 heures par semaine devraient désormais en embaucher deux à la place. Et pour aider ces travailleurs avec peu d'heures qu'avant, un salaire minimum a été établi.

Selon Beulah Amidon, rédactrice pour le magazine Survey Graphic en 1937, « la période du code NRA était la première fois dans ce pays que les chiffres du travail des enfants diminuaient alors que les chiffres de l'emploi augmentaient ». C'était une preuve claire que le retrait des enfants du marché du travail a également grandement profité aux adultes sans emploi aux États-Unis.

Bien que la NRA ait été déclarée inconstitutionnelle en 1935, Roosevelt est revenue avec la Fair Labor Standards Act en 1938 qui a rendu permanents le salaire minimum, les heures maximales et les dispositions anti-travail des enfants énoncées dans la NRA.


La réforme du travail des enfants et le mouvement syndical américain

1832 Les syndicats de la Nouvelle-Angleterre condamnent le travail des enfants

L'Association des fermiers, mécaniciens et autres travailleurs de la Nouvelle-Angleterre a décidé que « les enfants ne devraient pas être autorisés à travailler dans les usines du matin au soir, sans aucun temps pour des loisirs sains et une culture mentale », car cela « met en danger leur . . . bien-être et santé”

Ligue syndicale des femmes de New York

1836 Les premiers syndicats proposent des lois sur l'âge minimum de l'État

Les membres du syndicat à la Convention nationale des syndicats font la première proposition publique officielle recommandant que les États établissent des âges minimums pour le travail en usine

1836 Première loi nationale sur le travail des enfants

Le Massachusetts exige que les enfants de moins de 15 ans travaillant dans des usines fréquentent l'école au moins 3 mois/an

1842 États commencent à limiter les jours de travail des enfants

Le Massachusetts limite les journées de travail des enfants à 10 heures, d'autres États adoptent bientôt des lois similaires, mais la plupart de ces lois ne sont pas systématiquement appliquées

1876 ​​Le mouvement syndical demande une loi sur l'âge minimum

Le Working Men's Party propose d'interdire le travail des enfants de moins de 14 ans

1881 L'AFL nouvellement formée soutient les lois sur l'âge minimum de l'État

La première convention nationale de la Fédération américaine du travail adopte une résolution appelant les États à interdire aux enfants de moins de 14 ans tout emploi rémunéré

1883 Les syndicats de New York remportent la réforme de l'État

Dirigé par Samuel Gompers, le mouvement syndical de New York parraine avec succès une législation interdisant la fabrication de cigares dans les immeubles, où des milliers de jeunes enfants travaillent dans le commerce

1892 Les démocrates adoptent les recommandations syndicales

Le Parti démocrate adopte une plate-forme basée sur les recommandations des syndicats pour interdire l'emploi en usine aux enfants de moins de 15 ans

Comité national sur le travail des enfants

1904 Formulaires du Comité national du travail des enfants

Début d'une campagne nationale agressive pour une réforme de la loi fédérale sur le travail des enfants

1916 Une nouvelle loi fédérale sanctionne les contrevenants d'État

La première loi fédérale sur le travail des enfants interdit la circulation des marchandises à travers les frontières des États si les lois sur l'âge minimum sont violées (loi en vigueur uniquement jusqu'en 1918, date à laquelle elle est déclarée inconstitutionnelle, puis révisée, adoptée et déclarée à nouveau inconstitutionnelle)

1924 La première tentative d'obtenir une réglementation fédérale échoue

Le Congrès adopte un amendement constitutionnel donnant au gouvernement fédéral le pouvoir de réglementer le travail des enfants, mais trop peu d'États le ratifient et il n'entre jamais en vigueur

1936 Adoption de la loi fédérale sur les achats

La loi Walsh-Healey stipule que le gouvernement américain n'achètera pas de produits fabriqués par des enfants mineurs

1937 La deuxième tentative d'obtenir une réglementation fédérale échoue

La deuxième tentative de ratification d'un amendement constitutionnel donnant au gouvernement fédéral le pouvoir de réglementer le travail des enfants est loin d'obtenir les votes nécessaires

1937 Une nouvelle loi fédérale sanctionne les producteurs

La loi sur le sucre rend les producteurs de betteraves sucrières inéligibles au versement de prestations s'ils violent les normes d'âge minimum et d'heures de travail de l'État

1938 Réglementation fédérale du travail des enfants obtenue dans la Fair Labor Standards Act

Pour la première fois, l'âge minimum d'admission à l'emploi et les heures de travail pour les enfants sont réglementés par la loi fédérale


Afin d'établir le contexte, les étudiants seront initiés aux causes et aux effets de la révolution industrielle. Les élèves analyseront ensuite de manière critique les sources primaires à l'aide d'organisateurs et de questions guidées par l'enseignant, en développant des questions supplémentaires pour soutenir leur propre enquête. Les élèves réagiront ensuite à leur rencontre avec ces matériaux en choisissant parmi un menu de projets, chaque élève assumant le rôle d'un journaliste du début du 20e siècle.

Activité 1 : Introduction et contexte (1 - 2 périodes de cours)

  • Discutez ou passez en revue les causes et les effets de la révolution industrielle. Cela peut être fait en utilisant une variété de méthodes en fonction de vos besoins en temps. Une encyclopédie ou une section de manuel offrirait une introduction de base. Envisagez la possibilité d'excursions scolaires dans un musée local ou de jeux de rôle pour mettre en évidence les effets de l'industrialisation.

Activité 2 : Analyse de la source primaire - Documents (1 à 2 périodes de cours)

  • Commencez par une question ouverte telle que « Comment découvrons-nous notre histoire ? Comment apprenons-nous le passé de notre famille ? » Discutez du rôle des histoires orales ou écrites. Lire les définitions des sources primaires et secondaires dans Utilisation des sources primaires et discuter avec les élèves si nécessaire
  • Accédez au rapport de Lewis Hine sur le travail des enfants dans les filatures de coton du Mississippi, 1911.
  • Demandez aux élèves de répondre au rapport. Les questions possibles à discuter incluent :
    • Pourquoi Hine a-t-il fait des "visites tranquilles ?"
    • Pourquoi a-t-il visité pendant les "heures de travail", "les heures de midi" et "autour des maisons ?"
    • Quel genre d'informations Hine recueillerait-il auprès des enfants ?
    • Pourquoi Hine a-t-il tenu des registres aussi précis ?
    • Pourquoi M. Mitchell a-t-il déménagé à Meridian, Mississippi ?
    • Pourquoi la déclaration "miles de n'importe quel chemin de fer" est-elle importante ?
    • Comment décririez-vous la maison Mitchell ?
    • Pensez-vous que l'histoire de Mitchell est typique ? Pourquoi ou pourquoi pas?

    Troisième activité : Analyse de la source primaire - Photographies (1 à 2 périodes de cours)

    • Faites circuler plusieurs instantanés personnels et discutez de ce que l'on peut apprendre en examinant une photographie.
    • Diffusez ou projetez l'image des Coal Breaker Boys de Detroit Publishing Company sur un grand écran. N'hésitez pas à utiliser toute autre image appropriée.
    • Faites un remue-méninges sur les observations.
    • Les élèves analysent la photographie et consignent leurs réflexions sur l'outil d'analyse de la source primaire. Avant que les élèves ne commencent, sélectionnez des questions dans le guide de l'enseignant Analyser des photographies et des tirages pour vous concentrer et inciter à l'analyse et à la discussion.
    • Discutez de l'expérience de l'enquête sur les photographies.
    • Sollicitez toute question supplémentaire relative à la photographie. Vous pouvez demander :
      • Comment les photographies sont-elles utilisées par les historiens ?
      • Quels autres types de sources primaires connaissez-vous ?
      • Quelle est l'importance d'utiliser des sources primaires pour comprendre l'histoire ?
      • Et si personne ne prenait de photographies de ces enfants ?

      Activité quatre : Pratique guidée (2 à 3 périodes de cours) (Peut être adapté pour le laboratoire ou la classe)

      • Divisez les élèves en paires ou en petits groupes.
      • Les étudiants sélectionneront, examineront et analyseront indépendamment des photographies. Les élèves analysent les photographies et consignent leurs réflexions sur l'outil d'analyse de la source primaire. Avant que les élèves ne commencent, sélectionnez des questions dans le guide de l'enseignant Analyser des photographies et des tirages pour vous concentrer et inciter à l'analyse et à la discussion. Voici quelques photographies dignes d'étude :
      • Rassemblez la classe en grand groupe. Sollicitez des observations et discutez des images avec les élèves. Comparez les résultats des élèves, essayez de dégager un consensus, des conseils de l'enseignant peuvent être nécessaires. (Il peut être utile de projeter chaque image sur un grand écran pour susciter la discussion.)

      Cinquième activité : Projet étudiant (4 - 6 périodes de cours)

      • Formez de petits groupes de recherche, environ quatre ou cinq étudiants par groupe.
      • Distribuez une copie de la note confidentielle simulée de l'éditeur de L'examinateur de New York à chaque équipe de recherche. Veuillez comprendre que ce mémo est une invite pour cette activité, ce n'est PAS une source principale.
      • Agissant en tant que journalistes, les étudiants sélectionneront des tâches. Chaque groupe doit avoir au moins l'un des éléments suivants :

      1. Historien
      Les historiens créeront une chronologie graphique et visuellement attrayante. Le but de la chronologie est de présenter aux lecteurs un aperçu de la question du travail des enfants en ce qui concerne l'industrialisation, l'immigration et les cycles économiques. Le contexte devrait remonter à l'Europe du XVIIIe siècle et se terminer avec la Grande Dépression.

      2. Éditeur
      L'étudiant choisira un personnage (un parent, un propriétaire d'usine/un employeur, un réformateur ou un politicien) et rédigera un éditorial visant à persuader les lecteurs de prendre une forme d'action relative à l'évolution des conditions de travail des enfants ou à la défense des conditions qui obligent les enfants à travailler . Le travail doit afficher une implication émotionnelle dans la question et un point de vue précis.

      3. Photojournaliste
      Le photojournalisme est une partie importante de la narration d'une actualité. Souvent, les photographies présentent des récits beaucoup plus puissants que le texte. Votre tâche est de trouver des photographies convaincantes qui traitent de la question du travail des enfants et de présenter ces photographies avec des légendes originales.

      4. Journaliste
      La tâche du personnel de presse est de présenter aux lecteurs des récits d'enfants au travail sous forme de reportages. Votre travail n'est pas éditorial. Au contraire, vous devriez présenter les faits, représenter les opinions uniquement sous forme de citations et essayer de présenter des nouvelles équilibrées.

      5. D'autres tâches pour refléter les talents ou les intérêts des élèves, comme un poète, un caricaturiste politique, etc.

      • Les groupes sélectionneront un format de présentation parmi les options suivantes :
        • Journal imprimé traditionnel (une activité de copier-coller sur grand papier)
        • Storyboards de journaux sur des présentoirs en carton à trois volets
        • Bulletin d'information publié sur ordinateur
        • Présentation multimédia ou site Web

        Extension

        1. Les enfants continuent de travailler dans notre propre pays et dans le monde et les réformateurs sociaux d'aujourd'hui sont toujours inquiets. Rechercher et répondre au problème actuel du travail des enfants.
          • À l'aide de l'invite Modern Memo simulée, créez une activité de journal qui traite du problème dans le monde d'aujourd'hui, reflétant l'activité présentée ci-dessus.
          • Sur une carte du monde, identifiez les zones où les enfants travaillent et décrivez les conditions de travail.
          • Écrivez une lettre à un décideur ou à un rédacteur en chef pour exprimer vos opinions, sur la base de vos recherches.
        2. Recherchez et sélectionnez une photographie que vous trouvez particulièrement émouvante dans les collections numériques de la Bibliothèque du Congrès. Écrivez un poème exprimant les sentiments de l'enfant/des enfants sur la photo.
        3. Envisagez une excursion dans un musée qui se concentre sur le travail des enfants.
        4. Écrivez une lettre du point de vue d'un enfant qui travaille. Imaginez-vous en train d'écrire à un ami. Décrivez une journée type de travail dans une scierie, une usine, une conserverie, une mine ou une ferme.
        5. Lisez une œuvre de fiction pour mieux comprendre la vie d'un enfant pendant la révolution industrielle. (par exemple, celui de Katherine Paterson Lyddie ou chez Dicken Oliver Twist ou Les temps difficiles)
        6. Comparez une photographie d'enfants travaillant au début du XXe siècle avec une photographie d'enfants travaillant vers la fin du XXIe siècle.
        7. Créez une simulation d'une réunion municipale au cours de laquelle la question du travail des enfants est discutée. Les participants peuvent jouer les rôles de : parents, employeurs, enfants, maire, réformateurs sociaux, journalistes.
        8. Pour le lycée, examinez les problèmes liés au travail des enfants aux États-Unis. Faites des recherches sur les problèmes et demandez-vous si les étudiants qui travaillent dans les centres commerciaux ou les fast-foods sont exploités de quelque manière que ce soit. Pour une discussion ou un débat en classe :
          • Devrait-il y avoir une législation plus stricte?
          • Devrait-il y avoir un contrôle plus attentif du travail des enfants par les parents et les enseignants ?
          • Quelles devraient être les règles concernant les horaires et les responsabilités des jeunes travailleurs?
          • Devrait-il y avoir des règles concernant l'interférence avec le travail scolaire?

        Le travail des enfants

        Le travail des enfants présente un problème économique qui est étroitement lié aux autres problèmes de nos communautés. Elle est causée par la pure pauvreté, par la pauvreté des parents, par l'ambition des parents et par l'ignorance des parents ainsi que par la loi du marché qui exige qu'un produit soit fabriqué au moindre coût possible pour le vendre au meilleur prix. prix possible. » – Jane Addams, « Qui est à blâmer pour le travail des enfants ? », 23 juillet 1914

        L'avènement de l'industrialisation du début au milieu des années 1800 a introduit de nouveaux conflits en ce qui concerne la main-d'œuvre. Lorsque l'industrialisation a commencé aux États-Unis, les conditions de travail étaient dangereuses et mal rémunérées. Le travail des enfants est devenu si banal qu'en 1900, 18% de tous les travailleurs américains avaient moins de 16 ans. C'était en grande partie parce que les enfants étaient capables de s'intégrer dans des espaces restreints et d'utiliser de petites machines. Les employeurs pouvaient payer aux enfants un salaire inférieur à celui d'un adulte, ce qui leur permettait d'économiser de l'argent. Les jeunes enfants, dont beaucoup ont moins de sept ans, travaillaient des quarts de douze heures pour seulement un dollar ou moins par jour. De jeunes travailleurs ont été blessés alors qu'ils travaillaient et certains ont été tués. Beaucoup avaient des blessures visibles telles que des doigts ou des membres manquants, tandis que d'autres ont développé la tuberculose et d'autres maladies respiratoires à cause de ces conditions. La classe ouvrière a accepté ces emplois industriels dangereux pour leurs enfants parce qu'ils avaient besoin d'un revenu supplémentaire pour survivre. La plupart des enfants travailleurs étaient issus de familles pauvres et nombre d'entre eux étaient des immigrants. Certaines familles ont même soutenu que le travail des enfants était « bon » pour leurs enfants, car il leur enseignerait la responsabilité. Mais lorsque les enfants travaillaient, ils le faisaient au détriment de l'éducation, limitant leurs chances d'avoir une vie meilleure.

        L'amélioration des conditions de travail était l'un des objectifs de Jane Addams à Hull-House. À cette époque, il y avait peu de contrôles sur ce que les employeurs pouvaient faire, et certains employeurs ne faisaient aucun effort pour protéger la sécurité de leurs travailleurs. Addams voulait de meilleures conditions de travail, une meilleure rémunération du travail et une protection pour les femmes et les enfants qui travaillent. Vivant à Hull-House, Addams et les autres résidents ont appris à connaître leurs voisins immigrants, et une fois qu'ils ont compris que la vie des pauvres était dure, ils ont travaillé pour l'améliorer sur le lieu de travail, dans les rues de la ville et à la maison. Addams croyait que les lois sur le travail des enfants ont dû être modifiées aux niveaux municipal, du comté, de l'État et fédéral. Les lois, là où elles existaient, étaient faibles et pleines de lacunes ou n'étaient pas appliquées. C'est pourquoi Addams croyait que la protection de la protection de l'enfance devrait être dirigée au niveau fédéral.

        Un exemple de la manière dont les lois sur le travail des enfants fonctionnaient est la situation à laquelle sont confrontés les enfants acteurs. Malgré la loi de 1903 sur le travail des enfants de l'Illinois, des efforts ont été déployés en 1911 pour promulguer un projet de loi visant à exempter les enfants acteurs de la loi de 1903. Addams et d'autres ont combattu ces efforts, arguant que les nuits tardives, le manque d'éducation et la tentation d'un comportement dangereux pour les enfants de la scène n'étaient pas compensés par l'expérience minimale de la scène qu'ils ont reçue. Addams a été aidé à former le Comité national sur le travail des enfants, une organisation nationale d'activistes qui ont exposé le problème du travail des enfants. L'une des façons dont ils ont attiré davantage l'attention sur le sujet a été d'embaucher le photographe Lewis Hine pour mettre en lumière les conditions de travail horribles auxquelles les garçons et les filles américains étaient soumis. Ses photos ont suscité l'indignation nationale. En 1912, le National Child Labour Committee réussit à faire pression pour la création du United States Children Bureau. Sa mission était d'améliorer la vie des enfants par la recherche et la réforme.

        Bien que de nombreux progrès aient été faits pour lutter contre le travail des enfants, il y a eu quelques écueils en cours de route. For instance, in 1916 Congress passed the Keating-Owens Act, which prohibited sales of goods from factories or companies that had children under the age of fourteen through sixteen (dependant on nature of work) working for them, or had anyone under the age of fourteen working during the hours of 7:00 PM to 6:00 AM. Although this was a win for child labor reformists, it was deemed unconstitutional just a year later. Despite years of setbacks, the Fair Labor Standards Act was passed in 1938. The act prohibited the employment of minors, established a minimum wage, and introduced the 40-hour workweek presently used in the United States.


        Le travail des enfants

        History of Child Labor in America
        There had always been forms child labor in America that ranged from the enforced work of indentured servitude to child slavery. But child labor also provided the help needed in farming families and communities. Child labor was needed in the rural farming areas, dictated by essential daily chores and the requirements of the agricultural seasons. Poor families relied upon child labor in order to attain basic necessities and living essentials. The jobs allocated to children depended on their age and whether they were boys or girls.

        Farm work could be hard, but working conditions were not dangerous and at least allowed kids to breath the fresh air. The use of child labor, and the risks and working conditions of children, underwent a enormous change in the 1800's. Industry developed on an extensive scale and the mechanization of industry resulted in the abuse of children who were forced to work in terrible conditions in factories, mines and mills. This article provides the history of child labor in America during the 1800's, the following links provide facts and information about events that were particularly relevant to the subject of child labor.

        1800's Child Labor in America
        This article provides facts and information about child labor in America during the 1800's. This was the time when the Industrial Revolution and the process of Industrialization transformed America from a rural, agricultural to a city based industrial society that resulted in a massive increase in child labor during the 1800's.

        Child Labor Causes in the 1800's

        Child Labor Causes in America: Inventions and new technology of the Industrial Revolution

        Child Labor Causes in America: The Process of Industrialization and the mechanization of industry that led to the building of factories and the factory system

        Child Labor Causes in America: The Rise of Big Business and Corporations and the emergence of the ruthless Robber Barons whose unethical, uncaring working practices led to mass production and the depersonalization of workers

        Child Labor Causes in America: The need for cheap labor - the power driven machines could be operated by children

        Child Labor Causes in America: Urbanization, the movement of millions of people from rural locations to the cities made possible by new transportation systems

        Child Labor Causes in America: Poverty - children were forced to work to help their families

        Child Labor Causes in America: Labor Shortages - the massive influx of immigration in the 1800's fed the demand for labor including the extensive employment of immigrant children

        Child Labor Causes in America: Lack of government regulation to enforce safety standards, working conditions and working hours. A variety of laws differed from state to state

        Child Labor Causes in America: The opposition to Labor Unions prevented workers from protecting children and making it more difficult to improve labor standards and living standards in order to eliminate child labor.

        Child Labor Causes in America: Reform movements, who worked to abolish child labor, did not emerge until the 1890's with the start of the Progressive Movement and Progressive Reforms.

        Child Labor Causes in the 1800's

        1800's Child Labor in America for kids: Wages and Hours of Work
        During the period of Industrialization child labor was the norm. Child labor made up 20% of the workforce. Their parents had no choice to send them to work as their meager wages helped to support the families. The working children had no time to play or go to school, and little time to rest. The prevalence of child labor in America meant that the poor could not receive an education to enable them to get better, skilled jobs. Children were deprived of a decent education and entered the spiral of poverty from which there was no escape for the growing number of unskilled and uneducated workers.

        ● How long did children work and what were they paid? The typical hours of work lasted from sunrise to sunset, 11 or 12 hours per day, six days a week. They had less than one hour break in their working day.
        ● How much did they earn? They earned an average weekly wage of one dollar.
        ● How old were the children? Some were employed in child labor as young as five years old and were paid low wages until they reached the age of sixteen
        ● According to the 1900 US Census, a total of 1,752,187 (about 1 in every 6) children between the ages of 5 and 10 were engaged in "gainful occupations" in the United States of America.

        1800's Child Labor in America for kids: Types of Jobs and Work

        Child Labor jobs and work: Agricultural Industry - Jobs included chasing away birds, sewing and harvesting the crops.

        Child Labor jobs and work: Textile Industry - Children worked spinning and weaving cotton and woolen goods in the mills. Bobbin boys were employed in the textile mills bringing bobbins to the women at the looms and collecting the full bobbins.

        Child Labor jobs and work: Mining Industry - The mining industry was an extremely dangerous, unpleasant and filthy occupation. Young boys called "Breaker Boys" processed raw coal by breaking it into various sizes for different types of furnaces. Other children were employed as coal bearers, carrying coal in baskets on their shoulders. The smaller children worked as "trappers" who opened trap doors in the mines to move the coal.

        Child Labor jobs and work: Manufacturing Industry - The factories were often damp, dark, and dirty with few toilet facilities. The machines and sharp tools used performing various jobs caused many injuries. Glass factories were notorious and boys under 12 where expected to carry loads of hot glass

        Child Labor jobs and work: Laboring work - Children were also employed to help the laborers engaged in construction and transportation projects including the railroads and canals. Water Boys were employed to carry water to workers who dug canal beds and railroads

        Child Labor jobs and work: Domestic Work - Children performed domestic work in large houses up to 16 hours per day, seven days per week. The hall boys, scullery maids, kitchen girls or drudges performed the worst jobs such as emptying chamber pots. .

        Child Labor jobs and work: Sweatshops - Children worked in the dirty tenement sweatshops making clothes and other small items

        Child Labor jobs and work: Street Work - Children performed a variety of jobs on the streets and sewers. Ragpickers made a living by rummaging through refuse in the streets collecting items and scraps for salvage including cloth, paper, broken glass and even dead cats and dogs could be skinned to make clothes. Other street jobs included delivery boys and shoeshine boys

        1800's Child Labor in America for kids: Types of Jobs and Work

        1800's Child Labor in America for kids: Deaths and Injuries
        The children worked in dangerous conditions. According to statistics in 1900 there were 25,000 - 35,000 deaths and 1 million injuries occurred on industrial jobs, many of these victims would have been children.

        ● Children had higher rates of injury and death at work than adults and over 50% of child labor was involved in hazardous and dangerous work.
        ● Many worked in confined spaces and underground in unhealthy environments.
        ● They were exposed to extreme heat and cold.
        ● There was no government regulations for health and safety and no state safety regulations existed.
        ● There were some safety instructions on factory machines but as most workers were completely illiterate these were as good as useless.
        ● The causes of the most deaths were fires, explosions, cave-ins and train wrecks.
        ● The main causes of injuries were the factory machines and sharp tools. Children lost fingers, hands were mangled and some were scalped when hair that got caught in the machinery.
        ● Some children were killed when they fell asleep and fell into factory machines.
        ● Carrying heavy loads caused lifelong deformities and handicaps.
        ● Children not only suffered from physical stress they were also subjected to mental stress due to appalling working conditions.
        ● The health of children suffered working in back-breaking jobs in dark, gloomy environments with poor ventilation. They suffered from lung, ear and eye infections and unsanitary conditions led to terrible diseases and illnesses such as cholera, bronchitis and tuberculosis

        Child Labor Laws in America for kids: Progressive Reforms
        The 1916 Keating-Owen Child Labor Act was a federal law passed limiting how many hours children were allowed to work, prohibiting the employment of children under the age of fourteen in factories producing goods for interstate commerce.


        10 Facts on Child Labor


        Child labor is work that steals a child’s childhood. Defined in International Labour Organization (ILO) Conventions, child labor is work that children should not be involved in given their age, or – if that child is old enough – work that is too dangerous and unsuitable.

        Forcing children to take part in often dangerous and strenuous work and preventing them from attending school, child labor stands in the way of a child’s healthy physical and mental development in addition to his or her education.

        In some cases children are enslaved laborers, engaged in the agricultural, mining and manufacturing sectors, or in domestic service, subsequently pushed into homelessness and living on the streets. However, others are trafficked and enslaved in prostitution, or forced into armed combat as child soldiers. These are all forms of child labor the latter qualifying as some of the worst forms of child labor given that such bondage is especially harmful and in direct violation of a child’s human rights. Child labor is a continuing global phenomenon and following are some shocking, but important, facts regarding the practice.

        Important Facts about Child Labor

        1. Currently, there are nearly 30 million people held in slavery and an estimated 26 percent are children.
        2. In 2012, 168 million children – from 5-years-old to 17 – were involved in child labor. Of this number, 85 million worked in hazardous conditions, enduring beatings to sexual violence.
        3. Around the world one in six children are forced to work, with children below the age of 18 representing between 40 to 50 percent of laborers.
        4. Children living in more rural areas can begin working as young as the age of five.
        5. According to the ILO, an estimated two thirds of all child labor is in the agricultural sector.
        6. The highest proportion of child laborers is in Sub-Saharan Africa where 49 million children are forced laborers.
        7. The highest numbers of child laborers are in Asia and the Pacific, where over 122 million children are forced into work.
        8. According to the U.N. Children’s Fund (UNICEF), there are over 300,000 child soldiers forced into armed combat.
        9. In most regions, girls are just as likely as boys to be involved in child labor however, girls are more likely to be involved in domestic work.
        10. According to the ILO, only one in five child laborers is paid for their work, as the majority of child laborers are unpaid family workers.

        So why are some children forced into labor?

        Poverty is the most often cited reason why children work. Pressured to provide food and shelter, as well as to pay off debt owed by the parents, some children have no other choice but to become involved in labor in order to support their families. However, some children are sold against their will and forced into slavery. Other factors that influence whether children work or not include barriers to education and inadequate enforcement of legislation protecting children.

        Child labor is a complex issue, as are the solutions, but the following steps must continue to be pushed for in order to see further progress. First and foremost, child labor laws must be enforced. Another strategy would be to reduce poverty in these areas so as to limit the need for children to be forced into these situations. Finally, providing access to quality education ensures that each child has a chance for a better future.


        Voir la vidéo: 1 BAC français - Le Travail des Enfants - 2020 (Juin 2022).